-BIO- Le CFR et le Groupe Bilderberg sont deux des pseudopodes de la baudruche dénommée “Nouvel Ordre Mondial créés par la famille Rockefeller

 

 

2016-02-28-BIO- Le CFR et le Groupe Bilderberg sont deux des pseudopodes de la baudruche dénommée “Nouvel Ordre Mondial créés par la famille Rockefeller

 

Comment les produits BIO sont tombés aux mains des multinationales

 

124 310 lectures / 73 commentaires28 mai 2015, 18 h 02

GMS bioDans une moyenne surface BIO

© C. Magdelaine / notre-planete.info

 

Le Troupeau aveugle de John Brunner (publié en 1972) est le chef d'oeuvre de l'écologie-fiction. C'était pour l'époque un ouvrage d'un pessimisme terrifiant, le plus dramatique de tout ce genre littéraire quant à ses descriptions poignantes de la pollution et de la destruction de l'environnement. 1972 est également l'année de publication de “L'Angoisse de l'an 2000” de Roger Heim, et de la création de la revue “la Gueule Ouverte”, “le Journal qui annonce la fin du monde”. Le titre anglais du “Troupeau Aveugle”, “The Sheep look up”, est emprunté au vers 125 du poème Lycidas de John Milton: «Les brebis affamées lèvent la tête (et ne sont point nourries)». Dans ce roman d'écologie-fiction, l'humanité se meurt soit de faim, soit de cancers provoqués par la pollution alimentaire et environnementale. John Brunner n'a pas vu venir, il est vrai, la pollution nucléaire généralisée et les délires des chimères génétiques : les cerises empoisonnées sur le gâteau toxique, excusons-le du peu. Ce qu'il a très bien vu venir dans “Le Troupeau aveugle”, par contre, c'est le rachat de la bio, le piratage de la bio, le frelatage de la bio… Quarante années plus tard, le troupeau aveugle, en quête de mieux-être et de nutrition digne de ce nom, se précipite dans les super-marchés “bios” sans se douter le moins du monde de l'identité de ceux qui tirent une grande partie des ficelles.

 

Dans mon essai “Les tambours de Gaïa se sont réveillés”, en novembre 2013, j'ai assurément lancé un gros pavé dans la mare en écrivant:

 

 

« En Europe et en Amérique du nord, la plus grande partie des distributeurs d'aliments “biologiques” ont été rachetés par les grands cartels de l'agro-alimentaire: Nestlé, Cargill, Coca-Cola, etc. En France, par exemple, Lima et Danival ont été rachetés par Hain Celestial, aux USA, derrière lequel se cache l'argent de Monsanto, Walmart, Philipp Moris, City Group et Martin Lockeed. En France encore, acheter les produits bios de Bonneterre, de Bjorg, d'Evernat, d'Allos, de Tartex, d'Alter Eco... c'est participer à la prospérité du Hollandais Royal Wessanen, l'un des grands groupes Européens de l'agro-alimentaire. En France encore, 95 % des légumes bios commercialisés sont produits à partir de semences de variétés hybrides F1; ce qui signifie que le consommateur bio, par exemple, a une “chance” sur deux d'acheter un melon bio “Monsanto/Bayer/Syngenta” puisque ces trois groupes de la chimie possèdent la moitié des 250 variétés de melons inscrites dans le catalogue national du GNIS; ce qui signifie que de très nombreux maraîchers bios sont complices de la destruction de la biodiversité alimentaire. En France encore, l'association Kokopelli est “certifiée” bio par Qualité France, qui a été racheté par Bureau Véritas, l'un des leaders mondiaux du contrôle industriel. Dans le Tiers-Monde, l'IFOAM (la fédération internationale de l'agriculture biologique) rabat du petit paysan pauvre pour produire du bio, et encore plus de bio, au service de l'export vers les pays riches, au service de l'industrie bio, et donc au service de l'industrie tout court. Ad nauseam. »

 

Depuis lors, certains militants me pressent de publier mes sources. Aujourd'hui, j'ose donc mettre en ligne une partie du dossier que j'ai commencé à rédiger sur le sujet de la bio piratée. Avec beaucoup de réticences, cependant, tellement tout cela est archi-déprimant. Il est possible, un jour étoilé, que je continue de rédiger les résultats de cette enquête que nous avons lancée. Pour l'instant, cependant, je consacre toutes mes énergies à la restructuration constructive et fertile de Kokopelli dans les Pyrénées de l'Ariège et c'est un grand plaisir. J'invite donc tous les militants très intéressés par ce sujet attristant - celui de la récupération d'une grande partie de la bio - à poursuivre eux-mêmes cette enquête. Il suffit de très peu de chose: savoir parler anglais et suivre la piste de l'argent.

 

En novembre 2012, lorsque l'Etat de Californie présenta au vote populaire la Proposition 37 destinée à rendre obligatoire l'étiquetage des OGMs, ce fut une levée de boucliers de la part de l'agro-chimie qui finança une campagne de rejet de cette proposition: Monsanto (7 millions de dollars), Dupont de Nemours (5 millions de dollars), BASF (2 millions de dollars), Bayer (2 millions de dollars), Dow (2 millions de dollars), Pepsico (1,7 million de dollars), Nestlé (1,2 million de dollars), Coca-Cola (1,1 million de dollars), Syngenta (1 million de dollars), General Mills (1 million de dollars), Del Monte, Kellog, Kraft, Heinz, Mars, Cargill, etc, etc.[1].

 

C'est alors que les consommateurs bios furent effarés d'apprendre qu'une centaine de compagnies proposant des aliments bios étaient en fait dans l'escarcelle du Cartel de l'agro-alimentaire ou du Cartel de l'agro-chimie et commencèrent à désélectionner ces compagnies de leur panier. Il existe même, aux USA, une application téléchargeable pour téléphones mobiles permettant de connaître l'identité de ces compagnies afin de les boycotter.[2]

Bonneterre, Distriborg, France Alter Eco, Evernat...

 

En France, également, un certain nombre de compagnies bios sont des filiales d'un des plus gros groupes Européens de l'Agro-alimentaire, la multinationale Royal Wessanen qui emploie 2100 personnes : Distriborg (Bjorg, Biodistrifrais et Bonneterre) rachetée en 2000 et dont le rachat total fut finalisé en décembre 2009 ; Evernat ; Whole Earth ; Zonnatura ; Kallo ; Clipper racheté en mars 2012 ; Ekoland ; De Rit ; Allos ; Tartex ; Culinessa ; Biorganic ; Bioslym ; Merza ; Fertilia ; Kalisterra (ce dernier, revendu en juillet 2011). Il en est de même de France Alter Eco (le leader du commerce équitable de produits biologiques) qui vient d'être racheté, en 2013, par Distriborg donc par Royal Wessanen et qui s'en vante.[3] « France Alter Eco s'adosse donc à un groupe disposant de moyens financiers plus importants. La marque va garder son nom, nous allons juste devenir une filiale de Distriborg, qui est elle-même une filiale du groupe hollandais Wessanen » s'exprime Laurent Murat, le directeur du marketing. Distriborg, c'est également les marques : Vivis fructose, Pléniday, Gayelord Hauser, Schär, Yao Tea, Wakama, Tuocha, Florystelle, Ephynéa, Krisprolls, Tien Shan, Agnesi, Patak's, Thai, Amoy, Grand'Italia, Kara et Skippy.[18]

 

Royal Wessanen, pendant de nombreuses années, possédait Tree of Life, l'une des deux sociétés qui contrôlent 80% de la distribution du bio aux USA (l'autre étant United Natural Foods). Tree of Life est également le n°1 de la distribution bio au Royaume-Uni. Royal Wessanen a revendu Tree of Life USA en 2010 à KeHE Distributors (USA) pour 190 millions de dollars et il a revendu Tree of Life UK en juillet 2011. Royal Wessanen possède également, en UK, Kallo Foods Ltd (Kallo et Whole Earth).

 

Royal Wessanen est coté à la Bourse d'Amsterdam. Certains de ses principaux actionnaires sont[5] :

 

    Delta Partner LLC, un Hedge Fund basé à Boston aux USA qui possédait 25.61 % des actions de Royal Wessanen en décembre 2012.

    Sparinvest SE, un Danois gestionnaire international d'actifs basé au Luxembourg qui possédait 3.17 % des actions de Royal Wessanen en juillet 2013. Ses principaux actionnaires sont les banques Danske Andelskassers, Nykredit, le fonds d'investissement Investeringsforeningen Sparinvest et le fond de pension Pensionskassen for Farmakonomer. En 2012, Sparinvest SE a signé un accord de partenariat avec le Chinois Haitong International Holdings dont le siège social est installé dans le paradis fiscal des îles Vierges britanniques.

    Invesco Ltd, un gestionnaire international d'actifs situé à Atlanta, aux USA, avec son siège social dans le paradis fiscal des Bermudes. Il possédait 2.62 % des actions de Royal Wessanen en septembre 2013. Le groupe emploie plus de 6200 collaborateurs répartis dans plus de 20 pays, et gérait 632 milliards de dollars en juin 2012. En 2004, cette compagnie a payé 450 millions de dollars d'amende aux USA pour pratiques de “trading” non conformes, un euphémisme dans ce milieu pour pratiques bancaires mafieuses. (4) Invesco est coté au Nasdac. Ses 5 principaux actionnaires sont Vanguard Group, Black Rock Fund, Wells Fargo, Morgan Stanley et Thornburg Investment.

    Global Thematic Partners LLC. Il possédait 2.25 % des actions de Royal Wessanen en septembre 2013. Il est coté au Nasdac et on retrouve dans ses actionnaires principaux Dow Chemical, Bunge (l'une des quatre principales multinationales de l'agro-alimentaire avec Cargill, Glencore et le Groupe Louis Dreyfus), Mosaic Company (le leader mondial de la Potasse et du Phosphate), Potash Corp Sask (engrais à base de potasse potasse, phosphate et nitrate) et CF Industries Holdings, Inc (engrais agricoles).

    Vanguard Group. Il possédait 0.65 % des actions de Royal Wessanen en septembre 2013. L'analyse des multinationales qui se cachent derrière Vanguard Group est présentée ci-dessous en relation avec le rachat de Lima et de Danival.

    Black Rock Fund. Il possédait 0.63 % des actions de Royal Wessanen en septembre 2013. L'analyse des multinationales qui se cachent derrière Black Rock Fund est présentée ci-dessous en relation avec le rachat de Lima et de Danival.

 

Lima et Danival

 

Danival, racheté en 2000 par le groupe français de parapharmacie, Viva Santé, vient d'être revendu, en 2011, au Belge Lima qui lui-même est acheté par Hain Celestial en 2002. Après consultation du Nasdac, il s'avère que les 5 principaux actionnaires de Hain Celestial sont les fonds bancaires suivants: Vanguard[17], Goldman Sachs, Jennison Associates, Black Rock Fund, et Coatue Management. Derrière le fonds bancaire Vanguard se cachent Monsanto (de l'agent orange aux chimères génétiques en passant par le RoundUp), Philip Morris (les cigarettes), Martin Lockheed (les armements), ExxonMobil (le pétrole), Walmart (le n°1 des supermarchés), Pfizer (la pharmacie), Merck (la pharmacie), City Group, Bank of America, etc. Derrière le fond bancaire Goldman Sachs se cachent: Apple, Microsoft, ExxonMobil, Vanguard, Google, General Electric, JP Morgan, Pfizer, Merck, etc. Derrière le fonds bancaire Black Rock se cachent : Apple, Microsoft, ExxonMobil, Coca Cola, Chevron, Procter and Procter, Philip Morris, etc. Ad nauseam. La bonne compagnie que voilà !

 

Un peu d'histoire. La société Hain Pure Food est créée en 1926 en Californie. Elle est rachetée en 1981 par Ogden Corporation (actuellement Covanta Energy Corporation qui est spécialisée dans le recyclage des déchets industriels et la production d'électricité). Elle est ensuite rachetée en 1986 par IC Industries (actuellement Whitman Corp, le sous-traitant de Pepsi qui acheta Pepsi Americas en 2000). Hain Pure Food est finalement racheté en 1994 par Irwin Simon, le propriétaire de Kineret Acquisition Corp (spécialités alimentaires) qui emprunte alors l'argent à Argosy Group LP (une compagnie de software). Fin 1994, le groupe prend le nom de Hain Food Group. En 1996, George Soros, le milliardaire prédateur psychopathe, rachète 16% des actions de la compagnie. Pour mémoire, George Soros est à la direction du CFR, le Council for Foreign Relations[16], il est l'un des membres du Groupe Bilderberg et il finance la clique militariste d'Avaaz. En 2000, Hain Food Group rachète Celestial Seasonning et change son nom en Hain Celestial. Celestial Seasonings est une société célèbre aux USA (depuis 1969) pour sa gamme de tisanes, non-bios, aux emballages poétiques, ornées d'axiomes de sagesse, de petites fleurs et de bisounours. Depuis peu, et enfin, (mars 2013), elle est également dans la ligne de mire des consommateurs avertis de par la très haute teneur en biocides (le Propachlor, un herbicide de Monsanto, et le Propargite, un acaricide vendu sous les noms de Omite et Comite) d'une partie de ses tisanes, teneur qui dépasse les normes permises par la Food and Drug Administration (FDA), ce qui n'est pas peu dire! Hain Celestial est également accusé de vendre des pâtes “bios” (De Boles Organic Pasta) contenant du MGK-264 (un synergisant cancérigène dans les pesticides) et du pyperonil butoxide (un synergisant cancérigène dans les insecticides). Hain Celestial est également accusé de commercialiser de faux cosmétiques “bios” sous les marques Jason et Avalon Organics.[7] L'un des cosmétiques de la gamme Jason, par exemple, n'a qu'un composant “bio” sur dix-neuf.[8]

 

A noter qu'en 2003, la compagnie Heinz (fondée en 1869 à Pittsburgh) rachète 19,5% des actions du Hain Celestial Group. Elle les revend à la fin de l'année 2005. Et pour la petite histoire, cette année, en février 2013, Heinz est racheté par le milliardaire américain Warren Buffett (troisième fortune du monde) qui s'allie, pour l'occasion, à la chaîne Burger King (dont le propriétaire est le fonds d'investissement Brésilien 3G Capital). Tout cela ne fait aucune différence car les actionnaires de Heinz sont les mêmes que ceux de Hain avec en sus, l'héritière de la famille, l'épouse du nouveau secrétaire d'État américain, John Kerry.

 

En conclusion, derrière Hain Celestial, avec ou sans Heinz (le célèbre Ketchup), se cache l'argent de Monsanto, Walmart, ExxonMobil, etc… Bon appétit.

Provamel

 

Provamel est l'une des marques avec Belsoy et Alpro Soya de la société Alpro, une filiale, créée en 1980, du Groupe Vandemoortele. Alpro est le leader Européen[15] des produits à base de soja, bio et non bio. Alpro fut revendu en 2009 pour 455 millions de dollars à Dean Foods, le leader mondial de la distribution de lait qui contrôle 90 % du lait aux USA. Alpro distribue ses produits dans une trentaine de pays.

 

Dean Foods est aussi le propriétaire de Horizon, le plus gros distributeur de lait bio aux USA, ainsi que de WhiteWave/Silk, l'un des leaders du lait de soja bio et de ses produits dérivés aux USA qu'il racheta en 2002. En 2009, Organic Consumers Association appela au boycott de Silk en raison du fait qu'une partie de son soja provenait du Brésil (déforestation de l'Amazonie) et de Chine dans des conditions de travail plus que douteuses sur le plan éthique. Selon le Star Telegram et d'autres sources, Silk aurait utilisé du lait de soja bio jusqu'en 2009, année durant laquelle Dean Foods décida de passer au lait de soja non bio en gardant les mêmes code-bars et en remplaçant le terme bio par naturel.

 

Rachels Organic, en UK, est également la propriété de Dean Foods.

 

En juillet 2013, Dean Foods a commencé à se délester de WhiteWaves[9] en échange d'une dette détenue par J.P. Morgan Securities LLC et BofA Merrill Lynch. Le 26 juin 2013, WhiteWave annonça que Dean Foods s'engageait à se débarrasser, sous les 18 mois, des 19,9 % des parts qu'il détient encore dans la société.[10]

 

En conclusion, Horizon, Silk, Alpro et Provamel restent en partie dans le giron d'actionnariat de Dean Foods jusque fin 2015. De plus, que Provamel soit dans le giron de Dean Foods ou de WhiteWave Food Company, cela ne fait aucune différence lorsque l'on analyse qui sont les cinq principaux fonds financiers qui contrôlent WhiteWave Food Company: Vanguard Group, Price T Rowe Associates, Shapiro Capital, FMR LLC, et Wellington Management.

 

Sur le plan éthique, il faut rappeler qu'en novembre 2012, Dean Foods a donné 253 000 dollars pour lutter contre la proposition 37 en Californie destinée à rendre obligatoire l'étiquetage des produits OGMs. En 2009, le Cornucopia Institute a accusé Dean Foods (Horizon), Abbott Laboratories (Similac) et Nurture, Inc. (Happy Baby) de contaminer délibérément la chaîne alimentaire bio en introduisant dans des aliments bios (13), tels que du lait et des nourritures pour bébés, des huiles processées avec des solvants synthétiques par Martek[11]. Ces huiles sont processées en un cocktail de substances synthétiques et diverses dont sont issues des compléments alimentaires, commercialisés sous les appellations DHA (acide docosahexaenoique/ omega-3) et ARA (acide arachinodique/ omega-6). De plus, ces huiles sont élaborées avec le recours de solvants très toxiques tels que l'hexane et Isopropyl alcohol[14]. Le Cornucopia Institute porta plainte[12] en affirmant que certaines huiles (Life'sDHA™ et Life'sARA™) étaient fabriquées à partir de fungi du sol et d'algues génétiquement modifiées par des mutations induites par des radiations ou l'usage des substances chimiques très nocives. Le Life'sDHA™ est produit à partir des algues Crypthecodinium cohni ou de Schizochytrium. Le Life'sARA™ est produit à partir du champignon Mortierella alpina.

 

En avril 2010, le Ministère de l'Agriculture US (USDA) déclara illégales, pour le secteur bio, les huiles de Martek mais l'administration Obama/Vilsak (un homme de paille de Monsanto) bloqua l'application de cette décision pendant encore 18 mois, plus particulièrement sous la pression des lobbyistes de Dean Foods.

 

Martek Biosciences Corporation a été rachetée en décembre 2010, pour 1,1 milliard de dollards par un conglomérat Hollandais, Royal DSM NV, au chiffre d'affaires de 12 milliards de dollars. Martek Biosciences Corporation produit des protéines fluorescentes d'algues pour la recherche médicale.

 

Martek Biosciences Corporation est en partenariat avec Monsanto pour produire une huile de soja génétiquement modifié à haute teneur en oméga 3. Selon certaines sources, les huiles incriminées dans les produits bios étaient en fait des produits élaborés par Monsanto dans les années 90 pour lesquels Martek n'avait pas encore les droits techniques.

Pronatura

 

Voyons maintenant le cas de ProNatura, le leader Français de la distribution de légumes et de fruits bio au chiffre d'affaires de 84 millions d'euros en 2010. Sa société est à 51% sous le contrôle d'Activa Capital depuis juillet 2005.

 

Activa Capital (fonds de pension, compagnies d'assurances, investisseurs privés, etc.), comme toutes les sociétés d'investissement, joue au Monopoly. En 2003, elle organise la reprise du groupe Mont Blanc, une filiale à 100% de Nestlé qui y reste actionnaire jusqu'en 2005. En octobre 2005, Activa rachète à Nestlé les 19% d'actions restantes dans Mont Blanc lors de son rachat d'une autre filiale de Nestlé, Gloria. En 2012, Activa Capital acquiert des actions majoritaires de la Financière Taoris, la holding contrôlant l'outsourceur Armatis.

 

Pro Natura a acquis la société Bioprim (un acteur majeur sur le marché des fruits et légumes biologiques) en octobre 2007. L'entreprise était détenue par ses deux dirigeants ainsi que par les fonds d'investissements IRDI et Soridec.

 

Ce fut son second grand rachat car, en août 2006, il avait racheté le leader belge Biomarché, basé à Sombreffe, qui devint ProNatura-Belgique. En rachetant Biomarché à Hain Celestial (l'actuel propriétaire de Lima et de Danival!!) , ProNatura devint le leader Européen de fruits et légumes bios. Mais, en 2008, ProNatura Belgique perdit un important client, le groupe Delhaize dont elle alimentait 300 magasins, sous la marque Delhaize Bio. Ce fut une perte sèche car, en Belgique, un tiers des fruits et légumes bios passent par les supermarchés Delhaize. En 2010, ProNatura décida de reprendre l'approvisionnement de certains magasins de distribution comme Système U et Cora France qu'elle avait jadis confié à Pronatura Belgique. Le 19 avril 2010, la Libre Belgique écrivit: «Les responsables syndicaux se rendront, ce lundi ou dans la semaine, au cabinet du ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS) pour le sensibiliser à la situation de l'entreprise nivelloise dont on nous assure qu'elle n'a pas démérité. Mais il semble qu'elle connaisse des problèmes de rentabilité, ce qui ne serait pas du goût du fonds de pension Activa Capital, l'actionnaire majoritaire du groupe ProNatura, créé par Henri de Pazzis. Celui-ci en est toujours le président». Sa filiale Belge fut, subséquemment, mise en liquidation en 2010 en licenciant une cinquantaine de personnes.

 

On comprend fort bien que ProNatura/Activa Capital ne souhaitait pas boucher les trous d'une filiale déficitaire alors qu'il redoublait d'efforts pour développer ses filiales de production en Afrique. Et de plus, il n'y a pas de délégués syndicaux au Togo.

Tradin Organic

 

Voyons maintenant le cas de Tradin Organic (The Organic Corporation B.V) qui est l'un des plus importants grossistes de la bio Européenne. Ce grossiste vend du tournesol de Bulgarie, des haricots de Chine, du sésame et du café d'Ethyopie, du sucre et de l'huile de noix de coco d'Indonésie, du jus d'orange du Mexique, du riz d'Indonésie, des fruits rouges de Serbie, des ananas du Vietnam, etc, etc. En 2008, Tradin Organic a été racheté par la multinationale Canadienne, SunOpta[6] qui annonce un chiffre d'affaire d'un milliard de dollars. SunOpta possède 66 % des actions de Opta Minerals Inc (recyclage, production et distribution de minéraux industriels) et une participation minoritaire dans Mascoma Corporation spécialisée dans les nécro-carburants.

 

SunOpta est coté au Nasdac. Ses cinq principaux actionnaires sont : FMR LLC ; West Face Capital ; Connor, Clark and Lunn ; Global Thematic Partners LLC ; Gruber and MacBaine.

 

    FMR LLC, l'actionnaire principal de SunOpta, compte parmi ses actionnaires principaux : Monsanto, Coca Cola, ExxonMobil, Chevron, Amgen (leader mondial des biotechnologies), Biogen Idec (biotechnologies), Gilead (biotechnologies), Actavis (pharmacie), Merck (pharmacie), Pfizer, (pharmacie), Regeneron Pharmaceuticals, (pharmacie), Alexion Pharmaceutical (pharmacie), Procter and Gamble (pharmacie, cosmétiques), Johnson and Johnson (pharmacie), Wells Fargo, JP Morgan, Citygroup, Facebook, Apple, Microsoft, Google, General Electric, etc.

    Connor, Clark and Lunn. Ses actionnaires sont principalement des banques et des sociétés impliquées dans les énergies, dans les minerais industriels (mines d'or, par exemple), dans le pétrole, dans les fertilisants de synthèse...

    Global Thematic Partners LLC a déjà été présenté dans les actionnaires de Royal Wessanen.

    Gruber and MacBaine. Ses actionnaires sont principalement des entreprises de télécommunications, d'informatique...

 

En conclusion, Tradin Organic/SunOpta, l'un des plus importants grossistes de la bio Européenne, est financé par l'argent des mêmes multinationales qui financent Hain Celestial aux USA ou Royal Wessanen en Hollande. Et ce, pour aller piller le Tiers-Monde de sa biomasse puisque le “sourcing” de ses produits “bios” se situe strictement dans les pays les plus pauvres de la planète.

Notes

 

    http://www.cornucopia.org/wp-content/themes/Cornucopia/downloads/prop37-poster.pdf

    https://itunes.apple.com/us/app/buycott/id585933440?ls=1&mt=8

    http://www.lsa-conso.fr/distriborg-rachete-france-alter-eco,142118

    http://www.nytimes.com/2004/09/08/business/08place.html?_r=0

    http://markets.ft.com/research/Markets/Tearsheets/Business-profile?s=WES:AEX

    http://www.foodnavigator.com/Financial-Industry/SunOpta-seals-purchase-of-Tradin-Organic

    https://glaucusresearch.com/wp-content/uploads/downloads/2013/02/GlaucusResearch-The_Hain_Celestial_Group_Inc-NasdaqHAIN-Strong_Sell_Febuary_21_2013.pdf

    http://www.topclassactions.com/lawsuit-settlements/lawsuit-news/1168--hain-celestial-jason-a-avalon-organics-class-action-lawsuit

    http://www.deanfoods.com/our-company/news-room/press-release.aspx?StoryID=1841335

    http://www.whitewave.com/news/north-america/whitewave-spin-off-from-dean-foods-completed

    http://foodfreedom.wordpress.com/2012/02/02/dean-foods-biotech-usda-conspiring-to-pollute-organics/

    http://cornucopia.org/USDA_Legal_Complaint_DHA_April_2008.pdf

    http://www.cornucopia.org/List%20of%20Companies%20with%20Martek.pdf

    http://www.cornucopia.org/what-are-marteks-dha-and-ara-oils/

    http://www.european-business-journal.com/Alpro-Comm.-VA-SCA/portrait/59585

    Le CFR et le Groupe Bilderberg sont deux des pseudopodes de la baudruche dénommée “Nouvel Ordre Mondial”. Le CFR et le Groupe Bilderberg ont été créés par la famille Rockefeller dont les fondations ont financé tant l'eugénisme, les chimères génétiques, l'abominable révolution verte que Greenpeace, les Amis de la Terre, le Réseau Action Climat, etc...

    Les trois principaux "fonds" actionnaires/propriétaires de Monsanto - Vanguard, Fidelity et State Street - en possèdent 16 % des actions. Monsanto est présent dans 66 pays de la planète au travers de 404 unités de combat dont la mission est détruire la Vie sur Terre. La surface couverte par les cultures de plantes génétiquement modifiées par Monsanto est estimée à 150 millions d'hectares, environ sept fois la surface agricole de la France. Quant aux fonds financiers possédant une partie de Hain Celestial - Vanguard Group, Jennison Associates et Black Rock Fund - ils possèdent respectivement 5,76%, 2,70% et 2,60% des actions de Monsanto (au 31 décembre 2013).

    Une rectification, transmise par son gérant, Mr. Horn, quant à l'information selon laquelle le Laboratoire Ortis en Belgique serait dans le giron de Distriborg/Royal Wesannen: "S'il est bien correct que notre marque a été distribuée en France par l'une des filiales de Distriborg (Kalisterra), notre collaboration a cessé en 2011. Aujourd'hui, nos produits sont promus en direct en France dans le canal bio à partir de notre siège belge, grâce à une équipe de commerciaux exclusifs. Nous sommes donc bien, depuis 1958, année de la création d'Ortis par mes parents, une société familiale indépendante, et entendons bien le rester. Je tenais à vous le préciser. Pourriez-vous dès lors supprimer la mention de notre société de l'article en question? Je vous en remercie d'avance, et vous prie de croire en l'expression de ma très haute considération."

 

Source

 

La Bio Piratée - Kokopelli

 

Cet article comprend deux autres parties qui peuvent être directement lues sur le site de Kokopelli :

 

    La Bio Piratée, second épisode : Lima/Danival chez Hain Celestial

    La Bio Piratée, troisième épisode : Lima, Euronature et la “bio orgasmique” de Philippe Woitrin

 

Auteur

 

Dominique Guillet / Kokopelli

 

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info. Elles contribuent au débat

Actualités sur le même sujet

73 commentaires

 

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Commentaires 1 à 50 sur 73

 

1 2Commentaires suivants »

        Ariane B de Bruxelles le 29/05/2015 à 08:15   9 D'accord 0 Pas d'accord

Ad nauseam, comme dit l'article :-((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((

        Ep le 29/05/2015 à 10:31       14 D'accord 15 Pas d'accord

Et la pub sur votre site..... ça va dans quel porte monnaie "mondebio.com"???

        Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 29/05/2015 à 10:43     13 D'accord 2 Pas d'accord

Ep : n'hésitez pas à devenir membre premium pour supprimer les publicités : http://www.notre-planete.info/services/membres/membre_premium.php La publicité ne rapporte presque plus rien, et le même phénomène que sur le BIO se produit : tous les sites indépendants se font racheter par des grands groupes. notre-planete.info résiste, mais pour combien de temps encore ?

        Catoche le 29/05/2015 à 13:32  34 D'accord 3 Pas d'accord

Donc on fait quoi alors ?

on continue de manger les fruits et légumes non bio de chez leclerc bourrés de pesticides ?

le bio n'existe pas ?

 

c'est la conspiration, l'apocalypse ?

vous conseillez quoi ? manger les pissenlits de mon jardin ?

        Stef le 29/05/2015 à 14:27     15 D'accord 1 Pas d'accord

Catoche demande : " Donc on fait quoi alors ? "

 

On ne peut rester sans rien faire (du moins bien longtemps...) Tôt ou tard, il faut agir. Déjà se nourrir.

Sauf dans les cas d'urgences... avant d'agir nous avons toujours intérêt à bien réfléchir, à nous poser quelques questions :

Qu'est-ce que je fais ? Pourquoi ? Quelles vont être les conséquences de mon acte ? etc...

D'où l'intérêt de bien être informé. Et ceci est vrai pour tout. La connaissance, c'est la force.

Donc, je répondrais à Catoche : " Prenons le temps de nous informer."

 

En ce qui concerne notre sujet ( le bio ) nous pouvions bien nous douter que les multinationales allaient tout faire pour contrôler et s'accaparer ce secteur. Il n'y a qu'à voir comment le capitalisme a vampirisé tout ce qui tourne autour de la sauvegarde de l'environnement (croissance verte, capitalisme vert, voitures vertes, tourisme vert , etc. Ad nauseam...)

 

Ces nouveaux termes " alter-consommateur , consom-acteur, commerce équitable " et j'en passe... sonnent très bien, à priori, aux oreilles de celui qui a compris que notre système productiviste était une impasse. Pourtant là-aussi, derrière la jolie façade se cache une réalité moins brillante.

 

Conseil de lecture : NO CONSO. De Paul Ariès. éditions Golias . 2006

        Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 29/05/2015 à 14:31     34 D'accord 4 Pas d'accord

Catoche : effectivement que faire ? L'idéal : être végétalien et cultivé son potager / verger en autosuffisance alimentaire. Pas toujours évident. Le compromis : favoriser les producteurs BIO qui font de la vente directe (il y a de plus en plus), ils sont notamment visibles sur les marchés. Vous pouvez aussi acheter chez des producteurs qui sont en agriculture raisonnée mais qui ne traite pas. Là aussi, ils sont devenus assez communs. Enfin, pour les produits alimentaires que l'on achète en GMS, il faudrait veiller à sélectionner ceux qui sont engagés, authentiques, éthiques et responsables. Les articles de Dominique nous donnent de bonnes pistes pour faire le tri. Voilà quelques idées pour tendre vers mieux ! :-)

        Fabrice le 29/05/2015 à 15:04  22 D'accord 0 Pas d'accord

Fort heureusement il y a des personnes qui continuent de résister à l'ogre capitaliste et on trouve encore localement des produits sains et qui n'enrichissent pas les multinationales. On peut également se tourner vers les AMAP pour obtenir des produits sains et de saison.

        Yasmina le 29/05/2015 à 15:53  22 D'accord 1 Pas d'accord

Et on peut manger quoi finalement ? ce ne serait pas plus simple de nous donner les noms des marques bios qui sont fiables ? comment nous, consommateurs, pouvons faire pour ne pas engraisser l'industrie agro-alimentaire ?.. il semble que cela soit mission impossible, finalement...

        Pierre le 29/05/2015 à 16:07   9 D'accord 0 Pas d'accord

Bonjour,

 

Je me pose un peu la même question ! Et maintenant que peut-on manger ? Comment être sur que les fruits et légumes que j'achètent à la ferme bio de mon producteur préféré sont ok ? Peut-être que ses graines et semences ou autres ont été dans les mains des non bio...

 

Nous sommes végétaliens mais je consomme parfois des produits industrialisés, je fais du tofu aavec du lait de soja... mais a priori même si on croit acheter bio ce n'est pas le cas... :(

        Sisi le 29/05/2015 à 16:33     4 D'accord 0 Pas d'accord

Je trouve cela désolant meme déprimant...je m étais orientee vers le bio consciente des risques pour la santé dans l alimentation ordinaire. Mais là je suis totalement abasourdie!! J habite la région de Charleroi et je ne sais plus ou acheter mes fruits et légumes quelqu un peut prut être m orientee sur un producteur fiable? Bon courage à tous ...

        Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 29/05/2015 à 16:39     18 D'accord 0 Pas d'accord

Cela dit, les produits BIO restent meilleurs pour l'environnement et la santé. Ce qui est perfide, c'est que certains de nos achats en BIO vont engraisser des multinationales qui détruisent le vivant... Rappelons que les produits BIO suivent une charte assez restrictive et sont soumis à des contrôles considérés comme fiables pour la France (ce n'est pas le cas pour l'Espagne qui nous inonde de fruits et légumes douteux) mais aussi l'Allemagne.

        Etonnant non le 29/05/2015 à 17:01    1 D'accord 1 Pas d'accord

Pro Natura n'appartient plus à Activa Capital depuis quelques mois. Enfin je dis ça je dis rien.

 

Bises du présent

        Biomemu le 30/05/2015 à 01:27  16 D'accord 0 Pas d'accord

C'est bien de s'informer, mais attention aux réactions

Si nous prenons peur de tout (et il y a de quoi), nous finirons par baisser les bras

C'est ce que veulent les multinationales.

Alors, consommons le plus possible ce que nous produisons à partir de graines les plus naturelles possibles, ou ce que produisent "les petits" d'à côté, en allant sur les marchés ou directement chez eux.

C'est valable en ville où un simple balcon permet déjà d'avoir quelques récoltes en vertical.

On ne pourra pas tous faire de la perma, mais pour être Bio, il n'y a pas besoin de label imprimé sur le paquet. De la sagesse, de l'information, de l'éducation (tant qu'on peut encore) et de la vigilance.

Bon appétit. Joyeuse vie (quand il pleut on met un imper...sortez couverts ;-)

        Jean bart le 30/05/2015 à 10:05       3 D'accord 1 Pas d'accord

tout ces commentaires sur le bio ces superbe, mes il y a une autre question qui ce pause à notre genre humain, comment éduquer une population qui à faim et dont ses priorités ne sont pas les nôtres? nous voyons que notre nombril. quand vous dite à un magrébin, un africain, un indien, un asiatique,etc!etc! faite du bio pour mieux vire, ils vous répondent,je veux une voiture, un téléphone, du confort, de l'eau enfin tout ce qui va bien avec notre civilisation occidental et surtout ce qui va mal arrive très vite. je ne voudrai pas être trop pessimiste mais j'ai l'impression d'être dans une impasse. il faudra peut-être muté dans un sans ou dans l'autre mais sait pas gagner. comme disait mon grand-père "avant de commencer apprend mou à m'arrêter" le problème je croie qu'on est partie mais on nous a pas dit ou était le frein.

        Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 30/05/2015 à 10:08     6 D'accord 0 Pas d'accord

Jean Bart : mais au contraire, beaucoup de populations pauvres font encore du "bio", faute de moyen pour acheter des tracteurs, des pesticides, des OGM... ;-)

        Hense le 30/05/2015 à 12:11    9 D'accord 5 Pas d'accord

C'est bien d'informer, de s'informer, ça permet d'être vigilant mais c'est encore mieux de proposer des solutions que de juste montrer du doigt les grands méchants loups et de parler des gens comme "le troupeau aveugle"... Article qui finit par rendre les pros bios plus déprimés et les non-bios consommer plus de pesticides et autres car après tout c'est peut-être plus safe...

        Capucine87 le 30/05/2015 à 13:24      13 D'accord 1 Pas d'accord

En somme, la seule solution dans l'immédiat, c'est de faire ses courses directement auprès des producteurs alentours, dans les fermes environnantes etc.. (j'ai la chance d'en avoir 4 ou 5). J'imagine que dans les grandes villes ce n'est pas aussi simple. Il faudrait développer, dans les grandes agglomérations, la livraison à domicile directement du producteur. Et puis il faudrait que les prix du bio s'alignent sur les autres, car cela devient un peu comme la médecine à 2 vitesses... les produits bio pour les gens aisés et les produits bourrés de pesticides pour les autres.

        Mgrimanelli le 30/05/2015 à 23:04     5 D'accord 0 Pas d'accord

Penser aussi aux Amap pour acheter local et Bio

 

 

.

        Domie le 31/05/2015 à 09:31    0 D'accord 0 Pas d'accord

Quid de la marque Soto ?

Elle n'est pas citée dans l'article mais ?

        Joao Santos le 31/05/2015 à 09:36     3 D'accord 0 Pas d'accord

Il faut continuer à soutenir les marques et le commerce BIO indépendant, le futur nous donnera raison.On est à un moment cruciale dans cette histoire, et il est encore possible d'agir via les choix qu'on fait. C'est possible d'avoir accès à une alimentation de qualité et de la laisser en héritage aux générations futures si on soutient les bons acteurs. Rappelez vous d'une règle de base : "Le prix ne dois pas être le principal critère de choix lors de votre achat". Il vaux mieux payer 2O cents ou 1 euro plus cher à un marchant ou dans un magasin bio indépendant que continuer à soutenir un système malsain de pur "greenwashing" C'est par les prix qu'il conquière le marché et votre volonté. A moyen terme les multinationales via les supermarchés ne vous proposeront que de la malbouffe. Ils ont fait la même chose avec l'alimentation conventionnel. Il y a 40 ou 50 ans en arrière les rues était remplies d'épiceries et de commerçants indépendants qui proposait des produits locaux de grande qualité. Après guerre avec l'arrivé des supermarchés dans les villes ce paysage socio-économique à été ravagé. Depuis 30-40 ans on a vu surgir des "lanceurs d'alerte" des visionnaires qu'on compris avant le plus grand nombre qu 'il était nécessaire de faire autrement ( Lima était dedans à l'époque, la preuve que tout s'achète ), ils ont construit un réseau de production et de distribution parallèle ( très marginal) Ils ont organisé un marché et réussi a faire connaitre des filaires justes et équitables localement. Fin des années 90 l'incohérence à touché le fond ! on à découvert qu'on alimentait des poules avec des résidus d'huile minéral ( huile de moteur ) et des farines animales c'est la crise de la dioxine en Belgique et en Europe... "les malhonnêtes" on compris que le BIO lavait plus vert, et qu'il pouvait les aider à retrouver l'équilibre ( financier ) de l'engrenage souffrante. Depuis les plus petits magasins bio ont disparu...Regardez, questionnez, et renoncez ouvertement si ça vous semble incohérent , reposez le produit dans le rayon ;-) là est votre pouvoir !

        Samorai le 31/05/2015 à 10:44  4 D'accord 0 Pas d'accord

je crois que dans ce cas, il faut acheter sur les marchés à des petits producteurs bio !!!! les marchés sont de plus en plus présents et on peut trouver de petits producteurs qui vendent des paniers chaque semaine !! mais c'est choquant de lire cela, impressionnant comment ces industriels aux dents longues s'acharnent à tout détruire !!!

        Joao Santos le 31/05/2015 à 11:04     2 D'accord 0 Pas d'accord

@Teodorique il faut être attentif et informé et utiliser son pouvoir d'acheteur. Je ne dis pas que tout est définit d'avance, mais la pression des banques et du monde de la finance a tendance à pousser les actionnaires des grandes entreprises à faire des compromis qui ne sont pas toujours ceux que nous consommateurs aimerions qu'ils prennent. Je suis certain que les fondateurs de ma majorité des marques cités ne sont pas fiers, mais ils ont mis les pieds dans une spiral ultra libéral que les obligent à prendre des décisions structurels qui coûtent trop cher. Le marché "indépendant" ne suffit pas à dégager les marges qu'ils ont besoin pour rembourser leurs financements, donc ils ce sont vu obligés de travailler avec la grande distribution. C'est là le moment clef, ils aurait du renoncer par principe ! Trop grand entreprise = trop d'engagements financiers = dépendance des hautes sphères capitalistes et des banques comme ceux cités dans l'article. BaBa du marché...que fait l'état ?? il est ou le ministre de la santé, de l'agriculture et du développement durable...

 

Donc, ça me parait évident que les petites entreprises locales seraient par définition plus sûres

        Yoann LombardYoann Lombard le 31/05/2015 à 14:52      8 D'accord 0 Pas d'accord

Très intéressant cet article ! Mais beaucoup de marques vendues en magasins bios sont toujours indépendantes :-) Quelques dizaines sont citées ici, mais il y en a des centaines !

        BEB le 31/05/2015 à 20:16      1 D'accord 0 Pas d'accord

Les produits vendus chez Biocop (par exemple)sont-ils fiables dans l'ensemble ?

        Apou le 01/06/2015 à 12:25     2 D'accord 1 Pas d'accord

est-il possible de faire une liste claire des marques bio à boycotter? j'ai recueilli ceci, j'oublie quoi? je me trompe sur quoi? j'ai mis des lignes par ordre alphabétique

 

Allos, Alter Eco, Acirca, Avalon Organics, Alpro

Bonneterre, Bjorg, Biodistrifrais, Biomarché, BluePrint, Bioprim

Churchill Food Products, Cully & Sully,

Danival, Daily Bread, Daniel's

Evernat, Ethnic Gourmet, Europe's Best, Ella's Kitchen,

Fresh prepared foods, Freebird,

Grains Noirs, Greek Gods, GG Unique Fiber,

Haldane, Horizon,

Imagine Foods,

Jason,

MaraNatha & Sunspire,

Lima, Linda McCartney,

Para Laboratories,Plainville, Protein Sgmt, Provamel, Pronatura

Rosetto, Rudi's Organic Bakery,

Spectrum Organic, Sensible Portions, Silk, Similac

Tilda, Tartex

Whitewave Tofu,

Yves Veggie Cuisine,

Zia Cosmetics,

        Stef le 01/06/2015 à 12:36     8 D'accord 1 Pas d'accord

Tant que vous y êtes, regardez aussi ce qui se cache derrière le label "Max Havelaar" (qui ne fait pas que dans le bio).

        Olive le 01/06/2015 à 18:54    4 D'accord 0 Pas d'accord

Pour travailler depuis près de 10 ans dans la bio, je peux vous confirmer qu'il y a plusieurs marques à éviter.

Mais pour vraiment faire bouger les choses, ce qu'il faut absolument stopper, ce sont toutes les MDD (marques de distributeurs) qui tuent à petit feu les artisans de la bio.

Et puis il faut bien lire les étiquettes et contrôler l'origine des matières premières. Certains producteurs sont prêts à communiquer la dessus !

        Decu du bio le 01/06/2015 à 22:13     0 D'accord 1 Pas d'accord

Pour information, a ce jour Henri de Pazzi n'est plus pdg de Pronatura. Le groupe Activa Capital l'ayant ecarte (ainsi que de nombreux employers) au moment de la revente de sa participation a Naxicap.

 

http://www.activacapital.com/index.php?option=com_content&view=article&id=59:pronatura&catid=14:investissement-actuel&Itemid=30&lang=fr

        Annie Mal le 02/06/2015 à 14:26       11 D'accord 3 Pas d'accord

Les biocoop ??? Je me marre... Leur discours est séduisant, bien beau, mais ils sont comme tout le monde : ils vont là où il y du fric à prendre. Je le sais, je leur vends mes produits ! Lol

Il n'y a vraiment que chez les indépendants qu'on trouve de l'étique. En tous les cas on peut dialoguer en toute objectivité avec eux.

Les adhérents Biocoop sont complètement lavés du cerveau et ne se rendent même pas compte qu'ils sont les deux pieds dedans comme les autres. Une belle hypocrisie que ce réseau !...

Finalement, je me demande si je ne préfère pas des Lima ou Provamel qui annoncent la couleur, plutôt que des faux jetons de Biocoop qui donnent des grandes leçons de moral mais vont là où la tune est en abondance...

        PHILIPPE le 02/06/2015 à 18:420 D'accord 0 Pas d'accord

https://www.youtube.com/watch?v=CcwCK4AWKdM&list=PLA38F9377863AF140

https://www.youtube.com/watch?v=oaJoPK4qNxY

https://www.youtube.com/watch?v=S5lEMkBG5a8

VOYER PAR VOUS MEME

        Christ au feu le 02/06/2015 à 20:01   4 D'accord 0 Pas d'accord

Moi depuis pas mal d'année j'allais faire mes courses dans un petit magasin BIOCOOP

Le petit magasin a déménagé et est devenu un SUPERMARCHE BIO.

je vois la différence. les prix sont plus bas mais la qualité baisse a vue d'oeil.

le problème dans ce monde actuel, c'est la PERVERSION de l'ARGENT.

toujours plus de PROFIT !! la QUALITE on s'en fout !!!

C'est toute les mentalités qui sont a revoir sniffff !!!

        Flo le 02/06/2015 à 21:37      1 D'accord 0 Pas d'accord

Heureuse de vous avoir lu ce soir, un peu moins bête ...

et La vie claire?

        Justvgl le 03/06/2015 à 08:29  6 D'accord 0 Pas d'accord

Si La Vie Claire fut en 1946 le premier magasin d'alimentation naturelle et végétarienne, à l'heure actuelle et depuis de nombreuses années, l'argent a pris le pouvoir sur l'éthique du départ. Après avoir été dirigée par de nombreux actionnaires (dont Bjorg) cette enseigne fait fabriquer ses produits par Bonneterre, Evernat et compagnie et appose sa propre étiquette. La composition est d'ailleurs identique pour qui sait lire et le packaging est plus que ressemblant.

Ce qui surprend c'est que la majeure partie des gens soient étonnés de tout ça...

Si pour les fruits et légumes, des solutions existent via les petits producteurs locaux et AMAPS, qu'en est-il pour les produits tels que : riz, farines, pâtes, café, thé, boissons et tout ce qui compose en règle générale le panier du citoyen ?

Alors bien sûr, on peut tenter de privilégier ceci plutôt que cela mais au bout du compte derrière la moindre graine, semence ou emballage qui se cache ? Qui prend l'argent pour l'injecter dans des entreprises douteuses ?

En bref, consommer bio, même si c'est loin d'être parfait -la perfection n'existe pas déjà - sera toujours plus "viable" que consommer des pesticides, additifs et autres produits toxiques de la grande distribution.

Solution : manger uniquement les fruits et légumes et... rien d'autre :o)

        Yva le 03/06/2015 à 14:08      1 D'accord 1 Pas d'accord

Pas étonnant que l'on retrouve un taux très élevé de Furan dans les galette de riz "LIMA"...

        Yva le 03/06/2015 à 14:15      0 D'accord 0 Pas d'accord

Quelqu'un connait t'il les magasins Satoris ? peut on si fier ?

        Doris le 03/06/2015 à 18:25    6 D'accord 6 Pas d'accord

Et vous Monsieur Kokopelli vous n'êtes pas blanc/blanc non plus et je ne comprends pas votre but.

Vous vous posez en donneur de leçons en pointant du doigt (de manière haineuse) des entreprises plutôt honnètes dans leur démarche ... Vous prendriez vous pour Dieu ?

Ou bien cherchez vous à être "bien vu" de Biocoop - très loin des idéaux qu'ils véhiculaient au début - où vous vendez vos graines ..... Biocoop dont les boissons végétales de marque Isola sont fabriquée par Abafood, acheté en janvier par ....Wessanen.....

Tiens, le serpent se mord la queue ...

Sauf erreur de ma part, vous ne parlez dans votre "analyse" mdr, ni de Biocoop, ni de Abafood....un oubli sans doute....

 

Et pour info, ce n'est pas parce qu'un jour "Monsanto" ou n'importe quel autre a acheté des actions d'une entreprise que ladite entreprise vend du Monsanto ..... Votre raccourci est TRES dangereux et si j'en crois certains commentaires lus ici, vous avez atteint un nouveau statut : gardien de moutons.

 

Par contre dommage pour le mal que vous faites à ces entreprises qui emploient et font vivre beaucoup de familles qui travaillent avec leurs convictions, leur coeur et leur âme, à des milliers de kilomètres de ce que vous prétendez défendre, ou promouvoir, au choix.

        Christian 75 le 03/06/2015 à 20:29    6 D'accord 0 Pas d'accord

La cupidité gangrène l'humanité !! C'est désespérant !!!

        Bonjour le 04/06/2015 à 09:40  4 D'accord 1 Pas d'accord

bien sûr tous ces liens et articles sont très interessants,mais d'une manière pratique pour le consommateur il me semble vraiement très utile de publier une liste de fournisseurs bio encore dignes de ce nom (si cela est encore possible!!!!)

        Béa le 04/06/2015 à 18:56      2 D'accord 0 Pas d'accord

Il me me semble qu'il faudrait être nous même fournisseur... Trop difficile ? Relevons le défit. Il y a une planète à nourrir.

        Fisso le 04/06/2015 à 20:23    9 D'accord 5 Pas d'accord

Bonjour,

 

 

je n'ai pas pour habitude de laisser des commentaires, mais là je veux intervenir! Christophe Magdelaine, je respecte votre choix d'être végétarien mais inciter les autre à le devenir parce que, de votre point de vue ça évite la malbouffe...Permettez-moi (et ni voyez aucune attaque) de vous faire par de mon expérience de fille d'éleveur de vaches et brebis qui a grandis en mangeant la viande et les légumes de la maison. Pour commencer, tous les éleveurs ne bourrent pas leurs animaux d'antibio, déjà parce que ça coûte cher, ce n'est pas une solution miracle et qu'ils sont engagés à faire de la viande de qualité, car ils sont aussi capables d'avoir une visions de l'élevage respectueuse des animaux. Je pense donc que la solution pour éviter la malbouffe et l'engraissement des multi-nationales n'est pas de devenir végétarien ou végétalien parce qu'on vous a dit que c'était dangereux pour la santé de manger de la viande, mais plutôt d'agir de la même façon que lorsque vous allez choisir vos légumes. C'est à dire, se poser la question de comment, dans quelles conditions et où l'animal a grandit, comme les poireaux ou les carottes que l'on achète.

Je suis moi-même engagée dans ma consommation. Je vie à Toulouse (pour l'instant) et vais acheter mes légumes et ma viande au "Récantou", un dépôt-vente où les maraîchers et éleveurs des alentours viennent déposer leur production "bio" ou "paysanne". Et bien je peux vous dire que je me régale et que les prix sont très attractifs car il n'y a pas d'intermédiaire, donc vive la vente directe!!!

        Christophe MagdelaineChristophe Magdelaine le 05/06/2015 à 08:46     11 D'accord 2 Pas d'accord

Fisso : je vous invite à lire mon article sur la question de la viande : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2202_surconsommation_viande.php Et je maintiens, la consommation de viande est néfaste pour la santé, c'est très bien documenté maintenant, ce ne sont pas des rumeurs. De plus, élever avec amour un être vivant pour le tuer (sans aucune nécessité), cela relève du psy.

        Stef le 05/06/2015 à 11:01     7 D'accord 2 Pas d'accord

Christophe Magdelaine

 

L'article que vous mettez en lien vise la surconsommation de viande.

Comme très souvent, ce sont les excès qui sont néfastes.

 

Je suis d'accord pour dire que nous mangeons trop de viande, je l'ai déjà dit. Je suis d'accord aussi pour dire que la viande provenant des élevages intensifs ou industriels, ainsi que celle qui est transformée avec ajouts de divers produits conservateurs ou autres... présente des risques pour la santé.

Et effectivement cette viande disponible sous différentes formes est la plus consommée.

 

Par contre, je ne dirais pas que d'une manière générale la viande est néfaste pour la santé.

Que certaines personnes puissent s'en passer et trouver leur équilibre dans une alimentation végétarienne ou végétalienne, j'en conviens. Vous êtes suffisamment nombreux sur ce site pour en témoigner. Toutefois je pense que la complexité biologique de l'homme ne nous permet pas de dire que ce serait obligatoirement vrai pour tout le monde.

 

Le végétarisme (ou lisme) est avant tout un choix de vie, une philosophie... que je respecte.

 

Je suis d'accord avec le commentaire de Fisso. Elle parle d' "une vision de l'élevage respectueuse des animaux."

C'est la vision qui est respectueuse... Mais personnellement, au lieu de "respectueuse" j'aurais employé "attentionnée".

Elle n'y parle pas d'amour. L'amour est un grand mot... (on peut tuer par amour, et ça ne relève pas obligatoirement du psy...)

        GATTACA CTAATGA le 05/06/2015 à 12:578 D'accord 0 Pas d'accord

Bonjour,

et si on voyait le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide?

 

Certes les actes et volontés des multinationales sont répugnants, mais si elles s'intéressent au bio, c'est bien parce qu'il se développe et que de plus en plus de gens s'intéresse à ce qu'ils ont dans leur assiette! Donc c'est bon signe que les multinationales s'y intéressent! Et si cela permet de développer le bio, tant mieux! Il est bien évident qu'une bonne part de cette attitude relève du "green washing", mais cela aide quand même, au moins partiellement, le développement du vrai bio.

 

Maintenant, il faut être conscient que du bio qui n'est pas local et équitable n'est pas vraiment du bio, dans l'esprit qui va avec en tout cas! A chacun donc de faire au mieux pour s'informer et acheter et consommer de manière responsable. C'est le seul moyen d'inciter de petits agriculteurs locaux à produire bio et équitable en leur offrant des débouchés pour qu'ils puissent en vivre!

 

Pour ce qui est de la viande, le végétalisme pure est je suis d'accord une question philosophique! Mais, il est bon de garder à l'esprit qu'il faut environ 10 calories de production végétale (céréales notamment) pour faire 1 calorie de viande d'élevage! Donc, même sans prendre en compte la qualité de vie des animaux, la qualité nutritive, ou les émissions de gaz à effet de serre, la consommation de viande d'élevage (surtout intensif) n'est pas écologiquement rentable : on peut nourrir dis fois plus de monde avec des végétaux et pour moins cher!

 

Voyons le verre à moitié plein : cet article témoigne avant tout de l'éveil des consciences. Que les multinationales essaient d'en tirer profit faute de réussir à les empêcher est plutôt bon signe!

 

GATTACA CTAATGA

        Stef le 05/06/2015 à 13:46     2 D'accord 2 Pas d'accord

GATTACA CTAATGA

 

Vous dites : " Que les multinationales essaient d'en tirer profit faute de réussir à les empêcher est plutôt bon signe! "

 

C'est justement là la question. Est-ce réellement bon signe ? Vous pensez que oui... et j'ai aussi des raisons de penser le contraire.

        GATTACA CTAATGA le 05/06/2015 à 17:514 D'accord 0 Pas d'accord

Stef,

 

soyons clairs, ce qui est bon signe, c'est l'éveil de plus en plus marqué des consciences! Les multinationales ne font que suivre le mouvement sous-jacent, elles n'en sont pas les instigatrices. Il ne faut évidemment pas penser qu'elles deviennent pieuses et altruistes! SI les consommateurs ne sont pas conscients que les multinationales ne s'intéressent qu'aux profits qu'elles peuvent tirer mais n'ont pas de réelles préoccupations écologiques, alors oui, il y a de quoi s'inquiéter! Mais j'ose espérer que de plus en plus de consommateurs sont conscients de cela.

A l'heure où l'écrasante majorité de la production agricole est encore chimique, tout ce qui peut permettre de développer le bio est bon à prendre! Aux consommateurs de faire leurs choix autant que possible pour du vrai bio, local et équitable! Et aux instances de contrôles de vérifier que le bio des multinationales est vraiment bio! Mais plus il y aura de producteurs bio, plus il sera facile de s'approvisionner localement et équitablement!

        Stef le 05/06/2015 à 19:40     3 D'accord 1 Pas d'accord

GATTACA CTAATGA

 

Je suis d'accord avec vous, l'éveil des consciences est un bon signe.

Mais j'ai le droit aussi de douter que ce soit une bonne chose que les multinationales et la grande distribution s'emparent du BIO.

Regardez déjà la fraude sur ce secteur dont parle l'article " Comment détecter si des fruits et légumes sont vraiment bio ? "

 

Ceci dit, je comprends votre point de vue. D'ailleurs il se défend. Mais je ne le partage pas.

Parce que je pense que le consommateur (que j'aime écrire " con-sommateur ") se fiche des profits des multinationales... Il ne regarde avant tout que son porte-monnaie.

Et maintenant que le " BIO " a le vent en poupe, j'imagine que si ON lui propose un " BIO low-coast "... comme d'habitude il ne sera pas très regardant.

 

Quant aux instances de contrôle... encore faudrait-il qu'elles aient les moyens "de vérifier que le bio des multinationales est vraiment bio ! "

        Galoune le 05/06/2015 à 20:32  2 D'accord 1 Pas d'accord

De toute façon le bio était vouée a l'échec car il n'existe pas !!

Car le jour ou vous trouverez de l'eau bio n'est pas demain la veille

C'est cela qui me mets en colère les gens sont comme des mouton de Panurge ou mieux le général de gaule un jour a dit les Français sont des veaux je vais finir par le croire !

on le sait le bio a était inventer par certain petit ingénieux pour vendre plus chère !

mais cela ne respecte pas du tous la charte mise en place enfin moi je mange se que la nature me donne se n'ai pas bio c'est gratuit des chose comme l'ortie ou la salade sauvage ou les pissenlits les pigne de pins toute jeune et beaucoup d'autre chose !

        Michel Kamps le 06/06/2015 à 09:16    1 D'accord 0 Pas d'accord

Un livre qui peut aider à comprendre: "La bio, entre business et projet de société", Ed. Agone. 2012.

        Tedamu le 06/06/2015 à 17:57   9 D'accord 2 Pas d'accord

Ça commence vraiment à etre dur et chiant de se nourrir éthiquement, tout en ne voulant notamment pas engraisser ces industriels pourris jusqu'à l'os. Ils s'en foutent du bio, de la pollution, de la destruction de l'environnement et biodiversité, ainsi que de la santé des humains en vendant de la merde qui nous empoisonnent à petit feu. Tout ce qui les importe c'est le fric, le reste c'est même pas secondaire. Dernière nouvelle, les légumes en conserves et surgelés de certaines marques comme Bonduelle (certes non bio) qui foutent de la viande dedans sans le spécifier dessus. Donc ils enculent bien profond les végé et religieux dans le cas du cochon. Pour vraiment être tranquille sur ça, il faut acheter tout en frais (donc pas de conserve et surgelé), ce qui prend déja plus de temps pour la cuisine. Et maintenant même le bio est racheté par ces mêmes industriels, Il faut donc aussi connaitre les marques afin de boycotter toute les marques racheté par ces pourris d'industriel. Un vrai parcours du combattant pour moi qui est végétalien, ça m'énerve, mais il faudra bien faire avec en s'adaptant et boycottant plus en plus de marques. Si quelqu'un à une liste des marques bio à boycotter et surtout celle encore bonne, je suis preneur et je vous remercie d'avance. Sinon pour le cas de la viande et le lien avec la santé, je rejoins Christophe. Même la viande biologique est néfaste pour l'homme, et cela qu'importe la quantité. C'est la viande en elle même qui pose problème, notamment à cause de l'acidité de sa proteine (provoquant l'ostéoporose), du fer héménique créateur de radicaux libre (réaction de fenton), de ces graisses saturés, du cholélestérol, des purines Et il faut aussi rajouté les additifs pour rendre ces viandes attirante, les conserver etc.. qui eux sont cancérigènes sans aucun doute. Ou encore les antibiotiques et la nourriture non bio, voire ogm que mange tout la majorité des animaux d'élevages qui sont condamné à une vie et mort digne des nazis. Après c'est sûre que en mangeant peu (genre 1/2 fois par semaine), les risques d'avoir des problèmes sont faible, mais pas nulle. Mais bon tout les non végé répondront que les végétaux sont aussi néfastes (pollution, pesticide, ogm), et que de fait même les végétaliens 100% bio ne sont pas épargné d'un éventuel problème de santé. Mais la grosse différence se trouve dans l'aliment en lui même, contrairement aux produits animaux, les végétaux ne sont pas néfastes, certain contiennent même des molécules anti cancer très puissante. Du moins pour la plupart, genre les céréales semblent aussi poser problème (gluten, acidité) sauf que c'est rien comparé aux produits animaux. Et ils sont surtout sans cruauté sur un être qui veut juste vivre (ou au moins ne pas naitre), ne pas être exploité comme un vulgaire esclave par l'homme afin de finir en steak inutile car on peut très bien s'en passer, produire du lait contre nature et néfaste pour l'homme, ou encore des oeufs. Tuer un être vivant doué de conscience et sensibilité alors qu'on a des alternatives suffisante pour une alimentation équilibré est un meurte et non un choix personnelle vu que cela implique quelqu'un d'autre, c'est de l'égoisme pure pour juste un plaisir gustatif si c'est fait toute en connaissance de cause. Tout ça n'a rien de très civilisé, éthique pour une espèce qui se prétend la plus intelligente sur terre. On est encore loin du compte afin de mériter la dénomination de Homo Sapiens. Est ce trop dur à comprendre ? C'est pourtant simple, il faut juste ne pas faire à un être vivant (humain ou animaux non humaine) plus faible ou égale à soit ce qu'on ne voudrait pas subir nous même. Dans cette logique, j'espère que les Aliens plus évolué (et plus fort) que l'homme ne sont pas aussi con, violent et barbare que nous. Sinon on signe notre extinction en cas de rencontre, s'ils traitaient comme l'homme traite les animaux sur cette planète.

        GATTACA CTAATGA le 08/06/2015 à 13:357 D'accord 1 Pas d'accord

Le doute et l'esprit critique sont essentiels dans une démarche éco-citoyenne du développement durable! Mais il ne faut pas que cela mène à l'immobilisme en disant "tout est pourri donc ça ne sert à rien que je change mes habitudes"!

Pour être responsable, il faut être informé et conscient des enjeux! Est-ce que vous vous considérez aussi vous-même comme "con-sommateur" Stef? Comme le disait Gandhi : "sois toi-même le changement que tu veux voir dans ce monde". Je vous invite aussi à reprendre la devise des Collibris "de" Pierre Rabhi : "je fais ma part"! Et si vous avez la possibilité de lire "Permaculture. Guérir la Terre, nourrir les hommes" de Perrine et Charles Hervé-Gruyer, n'hésitez pas!

 

Quel rapport avec le bio et sa reprise par les multinationales?

D'abord, entre 2 maux, mieux vaut choisir le moindre, non? Alors plutôt du "bio" de multinationales que du chimique de multinationales! Le vrai bio n'est malheureusement pas encore suffisamment développé et accessible mais ce n'est pas en boycottant les produits de Bonneterre ou Bjorg par exemple, au profit de marques de distributeurs ou de produits Monsanto que cela s'améliorera! Certes, choisissons au maximum les produits locaux bio d'AMAP ou autres, mais sinon, au risque de me répéter, mieux vaut acheter du "bio" de multinationales que du chimique!

 

Enfin, pour la viande, le problème est plus complexe que ça! Comme je l'ai écris précédemment, le végétalisme pur est plus une question philisophique (que je partage)! L'élevage est dans ce sens problématique puisqu'il consiste à considérer les animaux comme des biens de consommation que l'on peut produire, tuer et consommer selon notre volonté! Mais, d'un point de vue écologique, faut-il laisser pulluler lapins, chevreuils, et sangliers par exemple sachant qu'ils peuvent perturber considérablement certains écosystèmes? Certes, c'est l'homme qui a éradiqué leurs prédateurs naturels mais n'est-ce pas de ce fait maintenant sa responsabilité de contrôler leur prolifération? Ce "sacrifice" d'animaux ne doit-il pas être considéré comme souhaitable? Et la consommation de la viande ainsi obtenue ne peut-elle pas être considérée comme quelque part respectueuse de ces vies sacrifiées? Ce qui est philosophiquement condamnable, c'est d'instrumentaliser la vie d'êtres sensibles, pas de prélever respectueusement et donc raisonnablement des vies pour en préserver d'autres, y compris celle d'êtres humains! Doit-on interdire aux Inuits de chasser des phoques pour se nourrir sachant qu'une nutrition purement végétalienne leur est matériellement impossible (sauf à l'importer de loin et donc d'avoir un impact écologique négatif)? Cela n'interdit cependant pas de tout faire pour limiter le recours à ces pratiques, notamment par la réintroduction des prédateurs naturels! Mais qui est d'accord pour réintroduire le loup dans nos campagnes?

 

En conclusion donc, à chacun de faire au mieux en conscience! Et pour cela, informer et faire prendre conscience sans imposer!

 

"Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, ou nous mourrons tous ensemble comme des imbéciles".

Martin Luther King

Commentaires 1 à 50 sur 73

 

1 2Commentaires suivants »

 

Ajouter votre commentaire :

 

Vous devez être membre et connecté pour ne plus avoir à répondre aux questions suivantes tout en profitant de fonctionnalités avancées : mise en forme du texte, ajout de liens, images, édition de vos commentaires, signalement à la modération...

 

Votre nom ou pseudo :

 

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la

 

Votre commentaire :

 

Merci de lire l'article avant de poster votre commentaire. Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur.

 Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4280-BIO-multinationales