POISON QUOTIDIEN CONTRE la PLANETE!

 

POISON QUOTIDIEN CONTRE la PLANETE! ( titre  de victor)

Bonjour,

Je n'ai pas voté aux Européennes. Je suis pourtant très pro-Européen notamment parce que je trouve que c'est sympa de pouvoir se balader dans plein de pays proches sans changer de billets de banque... Par ailleurs, je reconnais les autres Européens comme mes frères de sang. De vagues cousins peut-être, mais des cousins quand même. Nous avons une culture et une apparence commune et, dans de nombreuses occasions, je me dis qu'on ferait bien de s'inspirer de ce qu'ils font chez eux.

Dans le domaine de la santé naturelle, cela paraît évident. Certains de nos voisins sont beaucoup moins stricts que nous à propos de la vaccination, de l'herboristerie, de l'exercice de la profession de thérapeute, de la vente de produits bio et naturels... Et j'imaginais, naïf, que l'harmonisation européenne finirait par amener nos institutions nationales à assouplir les contraintes qu'elles imposent à tous les intervenants de la santé alternative. Mais non, c'est le contraire qui se produit.

Toutes les nouvelles règles édictées par les institutions européennes en matière de santé naturelle vont systématiquement dans le sens d'un contrôle plus strict : on l'a vu en particulier lorsqu'il s'est agi de dresser la liste des substances naturelles à visée thérapeutique autorisées à la vente en Europe, on les compte finalement sur les doigts des mains. Jamais l'Europe - que certains qualifient pourtant de libérale - n'a contraint la France à ouvrir à la concurrence le marché de la pharmacie ou même, à reconnaître officiellement la validité de certains diplômes de thérapeutes. Jamais elle n'a considéré que la vaccination à outrance, imposée chez nous, pouvait être interprétée comme un abus destiné à protéger les intérêts de quelques labos. Jamais elle n'a entériné la liberté de choix thérapeutique, pour les patients, comme pour les médecins.

Dans le sens inverse, l'Europe somnole lorsqu'il s'agit d'interdire ou de limiter l'emploi du Bisphénol A, des additifs, des pesticides ou l'usage d'antibiotiques dans les élevages. En matière d'écologie, (gaz de schiste, OGM, farines animales...),

c'est pire, elle balaie d'un geste souverain tous les avertissements. Dans les couloirs des institutions européennes, il y a trois fois plus de lobbyistes que de députés. Ceci explique cela...

Cette détestable Europe réglementaire me ferait presque oublier l'amitié naturelle que j'ai pour les autres peuples du continent. Et je lui en veux pour cela. En ne votant pas, je fais le jeu des partis dits "populistes", me direz-vous. Peut-être, mais au moins je ne fais pas le jeu de ceux qui font tout l'inverse de ce que je voudrais.

Je reste un naïf, sans doute, en imaginant que les gens sont assez intelligents pour faire leurs propres choix, sans qu'on ait besoin de les tenir par la main comme des petits enfants. C'est la raison pour laquelle vous me verrez souvent m'opposer à tout ce qui limite la liberté d'entreprendre, d'exercer ou simplement de vivre en homme (ou femme) libre.

Cette semaine, par exemple, Michel Dogna revient sur un document aux origines plus que douteuses qui prétend dicter au monde entier ce que nous sommes autorisés à manger et qui fait désormais autorité, le Codex Alimentarius. C'est pour notre bien soit disant. Mais quand on décortique les intentions de ses rédacteurs, on sent qu'il y a de l'embrouille dans l'air.

Je le redis, débrouillons-nous tout seuls, pour notre santé, comme pour le reste. Caroline Morel vous raconte comment un petit coup de froid dans l'entrejambe, peut être bon pour la santé. Encore l'entrejambe ! Vous allez me prendre pour un obsédé... ou un scatologue. Mais il y a tant de choses essentielles qui passent par là. Quand je lis son article, et surtout, quand je vois la liste infinie de maux que les bains dérivatifs parviennent à soigner ou à améliorer, j'ai tendance à ne pas y croire... Et puis finalement, je comprends en quoi cette technique consite à créer ici, du chaud, et là bas, du froid (comme toutes les techniques de thermothérapie). Il me paraît évident que, comme pour le vent et l'eau, il va s'exercer alors un courant dans l'organisme et je pense qu'il est bon de réveiller ce courant régulièrement. Donc j'y crois.

Bonne lecture

PS : le site alternativesante.fr commence à faire le buzz. N'hésitez pas à en parler autour de vous. J'essaie de répondre à tous les commentaires (c'est du boulot). J'essaie surtout de vous proposer de vrais remèdes (pas juste des résultats d'études, des traitements introuvables ou des considérations générales sur la vie et la mort) et des conseils pratiques pour bien les employer. Avec, de temps en temps... un bon coup de gueule pour réveiller tout le monde. Qui fait le mieux son boulot, je vous laisse juge...

Si vous ne vous êtes pas encore connecté sur alternativesante.fr,
cliquez ici pour être reconnu immédiatement par le site.

 

 

 

Alexandre Imbert
retrouvez mes éditoriaux dès le mercredi sur mon Facebook
et n'hésitez pas à me demander comme ami

 

De la vidéo, du son et des articles comme vous n'en avez jamais lus ailleurs

"Alternative Santé" n°13 est paru
(100% numérique)

Au sommaire :
Hypnose, cure Gerson, infections nosocomiales, algue Klamath, vitamine C, probiotiques, neurotransmetteurs, cancer, hypertension, crèmes solaires, stress animal...

Et un dossier complet sur la POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

Abonnement : 1 an (11 n°) - 24 euros

 Pour en savoir plus cliquez ici
 (si vous êtes déjà abonné à Principes de Santé, cliquez ici)

 

AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER :

 - Codex alimentarius, le cartel de la mort

par Michel Dogna

 

 - Trempez vos fesses dans l'eau froide

par Caroline Morel

 


Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CODEX ALIMENTARIUS, LE CARTEL DE LA MORT

Jamais le cynisme n’avait atteint une telle ampleur.

  • On suspectait certains laboratoires de se frotter les mains quand la pollution urbaine entraînait un pic de crises d’asthme et autres joyeusetés respiratoires.
  • On soupçonnait les industries agroalimentaires de surcharger nos aliments de sel, sucre, mauvaises graisses et produits chimiques dangereux, participant ainsi à la pandémie de maladies cardiovasculaires.
  • On pensait naïvement que nos dirigeants soumettaient les médicaments à des tests rigoureux faits par des laboratoires indépendants ...
  • On tentait tant bien que mal de se soigner en remplaçant à nos frais des médicaments douteux par des cures de compléments alimentaires.

Maintenant, les certitudes sont là : nous sommes les otages d’une vaste organisation criminelle mondiale !

Les vraies raisons de l'existence
du Codex Alimentarius

Les lobbies pharmaceutiques, affaiblis par les scandales répétés d’effets secondaires graves et mortels de produits de grande consommation, doivent faire face à une menace terrible : la concurrence des compléments alimentaires.

Pour cela, , il y a cinquante ans, ils ont formé un cartel qui, sous légide des Nations Unies a instrumentalisé la FAO pour créer une Commission chargée de mettre en place (dans le plus grand secret) un code international appelé Codex Alimentarius. Cette Commission prouve non seulement que le cartel passe au dessus des gouvernements en infiltrant l’organisation mondiale de la santé (OMS) et du commerce (OMC) mais qu’il a le pouvoir de réglementer notre santé et notre alimentation en imposant des sanctions aux pays qui ne suivraient pas leurs recommandations. Et d'année en année, de Commission en Commission, l'étau se resserre.

Du coup, au programme maintenant, le Codex envisage le plus sérieusement du monde de limiter l’accès aux nutriments essentiels et vitamines notamment, en diminuant drastiquement les doses, en contrôlant la fabrication et la vente. Pourtant, les compléments alimentaires sont souvent bien plus efficaces que les médicaments prescrits qui tuent 150 000 personnes chaque année aux USA (l’équivalent d’un crash aérien avec 400 personnes à bord chaque jour !) et 15 000 en France.

Les intentions du Codex Alimentarius

1.     Aucun complément alimentaire ne doit être vendu dans un but préventif ou thérapeutique.

2.     Tout remède à des doses supérieures à la norme fixée, est assimilé à un médicament nécessitant une prescription et devant être produite dans les entreprises pharmaceutiques.

3.     Plus de 5 000 produits vendus aujourd’hui sont en cours d’être bannis des magasins.

4.     Les régulations du Codex et la réduction drastique des compléments alimentaires seront imposées par le cartel à tous les pays et sous peine de sanctions commerciales.

5.     Tout complément alimentaire, s'il n'est pas testé et approuvé par le Codex, sera interdit.

6.     Dès 2015, les teintures mères et produits basiques de la phyto devront faire l’objet d’une AMM (autorisation de mise sur le marché) en tant que médicaments.
Ceci est d’autant plus injustifié et abusif que ces extraits de plantes existent et sont utilisés depuis des millénaires et ne font l’objet d’aucun brevet.

Un historique effrayant

Voici un extrait traduit d’une conférence de Rima E Laibow, médecin neurologue :

« Je vais vous parler du Codex Alimentarius et vous aider à comprendre lennemi. Ce que je vais vous dire nest ni exagéré, ni interprété, ni imaginaire, mais parfaitement documenté, dautant plus que je suis très près du Codex Alimentarius depuis plus de 10 ans. »

Comment s’est constitué le Codex Alimentarius ?

« Après la deuxième guerre mondiale, les gens qui avaient commis des crimes contre l’humanité furent jugés à Nuremberg par un tribunal dirigé par les USA et l’Angleterre. Une des personnes qui furent condamnées à l’emprisonnement était le Dr Fritz ter Meer, dirigeant d’un gigantesque complexe industriel : l’IG Farben. Celui-ci produisait le fameux Zyklon pour les chambres à gaz ainsi que l’acier pour les camps de la mort. Il produisait aussi des munitions, des produits chimiques divers et des produits pharmaceutiques. Ce président condamné pour crimes contre l’humanité était un artiste plein d’idées (machiavéliques) : il avait inventé le slogan à l’entrée d’Auschwitz « Le travail rend libre ».
En prison où il avait tout le temps de la réflexion, il se dit : Cela n’a pas marché, que pourrions-nous faire ? J’ai une idée : la nourriture !

Qui contrôle la nourriture contrôle le monde !

À sa sortie (précoce) de prison, le criminel alla immédiatement présenter son idée à ses amis de l’IG Farben qui la trouvèrent géniale. Ils créèrent aussitôt une commission qui ne concernait ni la santé, ni les consommateurs, mais uniquement le commerce, et ils la baptisèrent « Codex Alimentarius ». Le but était le profit à grande échelle et uniquement cela. De cette commission mondiale émergèrent des sous commissions pour la pêche, l’huile, les fruits et légumes… soit 27 en tout. C’est devenu un énorme monstre bureaucratique. Le Codex a promulgué plus de 4 000 décrets et réglementations sur tout ce qui peut se mettre dans votre bouche, sauf les produits pharmaceutiques, bien sûr.

L’empire austro-hongrois de l’époque, dans l’esprit germanique, voulait des règles, beaucoup de règles, et de l’ordre. Il fallait que les Cours de Justice puissent se prononcer sur tout ce qui concerne la nourriture. Pendant ce temps, le Codex faisait la promotion de ses règlements au niveau mondial. À la demande de l’ONU, L’OMS (Organisation mondiale de la santé) et la FAO (Organisation de l’agriculture et de la nourriture) furent créées. Lorsqu’elle fut créée en 1994, l’OMC (Organisation mondiale du commerce), se demanda comment elle allait trancher les conflits commerciaux en matière de nourriture, et fut bien contente de trouver la règlementation prête à l’emploi du Codex. Depuis, tous les pays membres de l’OMC sont tenus de se soumettre aux normes du Codex. »

Le point actuel

Vous devez comprendre que le Codex n’a rien à faire des intérêts des consommateurs. Il ne se préoccupe pas de votre santé, mais des seuls intérêts des multinationales médicales, agro-alimentaires, chimiques, et biotechnologiques. Sachez que les nutriments naturopathiques (vitamines et minéraux) vont être limités à 18, et que les plus efficaces vont être interdits !

Depuis plusieurs années, les produits laitiers que vous consommez proviennent de vaches obligatoirement traitées aux hormones de Monsanto – tous les animaux destinés à la consommation doivent être traités aux antibiotiques et aux hormones de croissance. Le Codex exige que toute nourriture soit irradiée, ionisée dit-on chez nous, (comme chez Mac Do), sauf la nourriture crue.

Neuf des pires produits chimiques connus sont des pesticides. Mais le Codex a rendu légaux sept de ces neuf poisons chimiques qui avaient été interdits dans 176 pays. Et la nourriture qui contient ces saloperies ne peut pas être refoulée aux frontières de nos pays – sinon ce serait une violation des traités commerciaux de l’OMC ! C’est comme cela que marche le Codex Alimentarius !

Le traité transatlantique, solution finale

Ce qui nous attend pour 2015 est tellement grave que c’est à peine croyable et l’inquiétude est vive !

Alors que des millions de gens tentent avec succès des médecines parallèles et autres régimes diététiques, la nouvelle inquiète à la fois ceux qui en vivent (fabricants, distributeurs) et ceux qui en guérissent (consommateurs). La FDA (Food and Drug Administration) avait tenté en 1993 de prendre le contrôle de la santé des américains, mais devant le tollé général, le congrès avait voté une loi protégeant ce droit à la liberté. Depuis, le cartel, loin de renoncer, a pour ainsi dire court-circuité tout le monde grâce à un lobbying soutenu auprès de l’OMS et de l’OMC.

Les pétitions à l’UE sont inutiles, les votes des députés européens sont manipulés ou ne sont pas pris en compte, et les décisions sont en fait prises par une poignée de pions non élus et désignés par le gouvernement mondial invisible des grands lobbies industriels et bancaires. Bref, le but est de gérer les peuples comme du bétail !

Conclusion

Il est clair que nous nous enfonçons dans une normalisation internationale de l’alimentation par la légalisation obligée d’une malnutrition toxique. Ce plan mondial préparé depuis longue date a pour vocation de réduire d’une façon rentable la démographie planétaire par la maladie et la faim.

En doutiez-vous encore ? Philippe Desbrosses écrivait déjà il y a 15 ans :
« Nous risquons de mourir de faim sur un sac de riz » (empoisonné). A nous de résister et de nous organiser pour ne pas en arriver là, face à cette organisation criminelle, d’origine nazie…..

Michel Dogna

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------